Son patrimoine

Sa culture et traditions

Les Histouères de Thanase Pèqueu, publié à Rouen en 1933.

  Les constructions utilisent les matériaux régionaux, principalement le bois de chêne et/ou de hêtre pour les poutres qui servent également à réaliser les meubles, le chaume qui sert à couvrir les toits mais qui devient de plus en plus rare, et l’argile qui sert à la fabrication des briques et des tuiles. Le grès était une des principales pierres de construction avec le calcaire, qui était l’un des matériaux de construction des édifices religieux dans le canton de Fécamp. On trouve aussi le silex et le galet qui entrent dans la construction des maisons, des églises mais aussi des épis, des digues et d’autres aménagements littoraux. Les gisements de galets ont été surexploités entre 1885 et 1985 date de l’arrêt officiel du ramassage. Les galets étaient également utilisés dans les machines à broyer.

La construction traditionnelle du pays de Caux qui illustre le mieux l’utilisation de matériaux régionaux est le clos-masure. Il s’agit d’une habitation, le plus souvent une ferme, entourée d’une ou de deux allées d’arbres plantés sur un talus (ces plantations ont pour but de protéger des vents importants qui soufflent dans la région). Le pays de Caux compte un nombre important de manoirs. Un manoir est la demeure d’un seigneur, en principe non fortifiée. Après la guerre de Cent Ans, les maisons seigneuriales n’ont plus besoin de remparts et de tours. Les progrès de l’artillerie rendent caducs les ouvrages de fortification. La paix et la prospérité retrouvées après 1450 donnent la possibilité de reconstruire des manoirs qui utilisent les matériaux locaux (silex, calcaire) et se laissent influencer par la Renaissance. Les propriétés sont en général entourées par un talus (sur le modèle du clos-masure) ou par un mur. L’accès se fait par une entrée encadrée par deux piliers polychromes et ouvragés, ou encore par des piliers de barrière.

La plupart des manoirs normands disposent dans leur cour d’un colombier. D’après l’analyse des historiens locaux, on recense 635 colombiers dans les arrondissements de Dieppe, du Havre et de Rouen. La majorité d’entre eux est circulaire et en dur. Les plus rares sont polygonaux et à colombages. Les pigeons étaient élevés pour leur chair et pour la colombine qui servait d’engrais. Cet édifice était surtout un attribut de la noblesse : les armoiries du seigneur pouvaient ainsi orner la porte du colombier. Le droit de pigeonnier est aboli dans la nuit du 4 août 1789. On trouve aussi un nombre important de maisons de maître. Bâties au xixe siècle en briques dans le bourg ou le chef-lieu de canton, ces dernières prennent la forme d’un pavillon à la façade symétrique. Le toit à forte pente est en ardoise, qui arrive en même temps que le chemin de fer, dans la deuxième moitié du 19ème siècle. La porte d’entrée, vitrée et protégée par une grille ouvragée, est surmontée d’une marquise. La villa Mon Repos est construite sur ce modèle.

Les autres habitations sont des maisons modestes pouvant être réparties en trois catégories : Les longères sont des maisons de plan longitudinal dont la chaumière est l’exemple le plus connu. Elles comportent souvent un escalier extérieur, possèdent un toit à forte pente, traditionnellement en chaume et chaque pièce s’ouvre directement sur l’extérieur par une porte.

Les maisons de pêcheurs tournent le dos à la mer ou sont perpendiculaires à la route. Les murs sont en silex taillé, en galet ou en brique, la cour possède un puits à marée. Dotées d’un toit de chaume puis d’ardoises, les maisons de pêcheurs mitoyennes peuvent former de véritables corons maritimes, comme à Fécamp. Les villas balnéaires : construites au 19ème siècle et au début du 20ème siècle, elles font face au rivage et suivent la mode de l’éclectisme (Pourville avant 1942).

Architecture religieuse

180px-Caudebeceglise1
L’église flamboyante de Caudebec-en-Caux.

Abbaye de Fécamp, un exemple de la mixité architecturale des édifices religieux. Le pays de Caux est une région de grande religiosité, cette particularité ayant peut-être pour origine la présence de nombreuses abbayes qui possédaient jusqu’à la Révolution française la majorité des terres de la contrée. Mais la tradition catholique a persisté, sauvegardée par les habitants des campagnes et les marins qui sont restés très pratiquants. De cette tradition, il subsiste de nombreux édifices religieux particuliers à la région comme des églises paroissiales, des chapelles, des croix, des léproseries et des sanctuaires.

220px-Masurepeinte1
Masure à Saint-Léonard par Georges Diéterle, Musée de Fécamp.

Structures et bâtiments publics. Le village cauchois est situé au carrefour de plusieurs routes ou le long d’une voie (il s’agit alors d’un village-rue commeYport, Saint-Aubin-Routot, Saint-Nicolas d’Aliermont, le plus long village de France). Le centre du village est occupé par une place appelée « carreau », en raison de sa forme carrée ou rectangulaire. C’est en ce lieu que se sont implantés la halle aux grains, le café, que se déroulent le marché hebdomadaire et les foires (Gonneville-la-Mallet par exemple). La mairie, qui faisait également office d’école communale, peut se trouver sur une autre place, de même que l’église.

Bâtiments économiques. Le style d’architecture cauchois a été adapté au bâtiment de travail que l’on peut trouver aussi dans les autres régions tel que les fours à pain, les charreteries, les écuries, les étables, les bergeries, les porcheries, les celliers, les courtils et les granges à bâtière.

Traditions, folklore et événements

pagedaccueil 7
Bord de mer

Dans le cadre du folklore local, sont organisées de nombreuses fêtes de la mer, mettant en valeur l’histoire du pays de Caux fortement lié au grand large et particulièrement à Terre-neuve, où les grands morutiers ont fait la richesse de certaines villes comme Fécamp. Pour ces fêtes on trouve alors beaucoup de dégustation et d’explication des techniques de fumage. On peut également trouver aussi des processions durant lesquelles se déroulent des bénédictions de la mer comme au 15 août à Yport . Les corsos fleuris sont aussi très importants dans les villages à forte tradition horticole, notamment à Doudeville74,Gonneville-la-Mallet ou au Havre. La fête de la Saint-Jean est célébrée par les Cauchois qui érigent des bûchers dans grand nombre de villages le 24 juin. La foire aux harengs de Dieppe anime la ville durant le deuxième week-end de novembre. Elle prépare les Dieppois aux animations de décembre.

La grande tradition agricole de l’intérieur des terres a vu s’organiser de plus en plus de fêtes des moissons durant lesquelles sont exposées des vieilles machines alors que des passionnés font revivre des métiers disparus. Tous les deux ans, une manifestation internationale de cerfs-volants est organisée à Dieppe. Durant cette dernière, des ateliers de confection de cerfs-volants sont accessibles aux adultes et aux enfants qui ont l’occasion de pouvoir assister à des combats de cerfs-volants ainsi qu’à des matchs pour le championnat de France de la spécialité.

Spécialités culinaires. Les spécialités culinaires cauchoises concernent principalement la pomme et la poire mais également le fromage et la viande de porc. Les plus célèbres de ces spécialités sont le douillon, le boudin de Saint-Romain, le cidre, le calvados, la bénédictine et le poiré. Une partie de ces spécialités est commune à toute la Normandie mais les variantes locales sont nombreuses.

 

Découvrir le magnifique Pays de Caux

L'histoire du Pays

Son Patrimoine

Son écosystème et géologie

Industries

Le pays de Caux dans les arts

Ses Espaces naturels